Category: Newsletter

Le BNVCA apporte son soutien au professeur de philosophie de Trappes, contraint de faire ses cours sous protection policière. Le BNVCA indigné s’interroge : faudrail placer tous ceux qui résistent sous protection policière ?

66 rue Laugier 75017                                                     8 février 2021

Le Président

Sammy GHOZLAN 

01 77 38 49 44

 

,

Le BNVCA apporte son soutien au
professeur de philosophie de Trappes, contraint de faire ses cours sous protection
policière. Le BNVCA indigné s’interroge :                 
faudra-t-il placer tous ceux qui
résistent sous protection policière ?

 

,

Le BNVCA a reçu un très grand nombre de protestations émanant de concitoyens
profondément indignés et choqués d’apprendre qu’un professeur de philosophie de
Trappes doive se rendre à ses cours sous protection policière.    
                   

La ville de Trappes, a récemment fait l’objet d’un reportage de la
télévision néerlandaise au cours duquel
ce professeur
de philosophie, M. Didier Lemaire, apporta son témoignage sur la liberté d’expression, suite
au meurtre barbare de Samuel Paty . Il décrivit également la dangerosité de la
ville de Trappes dont sont sortis de nombreux djihadistes, sans manquer 
de faire référence à l’attentat qui avait détruit
par le feu la seule synagogue de la ville. Depuis, les quelque 3000
administrés de confession juive ont quitté Trappes, devenue trop dangereuse
pour eux et leurs enfants.  Le président du BNVCA avait alors officiellement
contredit le  préfet et le procureur en poste à l’époque, qui avaient
minimisé les faits et refusé  de qualifier cet acte d’antisémite, laissant
croire qu’un simple mégot de cigarette était la cause de cet incendie.

Assailli de menaces, le professeur a été placé sous protection policière, en
attendant son éventuelle mutation. Ce sort sera-t-il réservé à tous ceux qui
résistent ? Ou faudra-t-il  reculer comme à Ollioules, ville dont le Maire avait
proposé de donner le nom de Samuel Paty au collège, et où, lors d’une
consultation, 100% des professeurs ont refusé ce choix. On ne peut que le
constater, le déplorer aussi. Mais cela est insuffisant, car on mesure bien que, chaque fois, la liberté d’expression se barricade devant le péril islamiste.
Tous les analystes, tous les observateurs de même que des législateurs nous
rebattent les oreilles en tentant de persuader les français que cela ne relève
que de l’islamisme.    Nous
attendons toujours des musulmans français qu’ils s’élèvent en masse contre
l’islamisme, qu’ils le dénoncent, qu'ils le combattent, qu'ils excluent eux-mêmes
de leurs communautés et de leurs mosquées les extrémistes, les prédicateurs
anti-France et antisémites. Alors, la loi sur le séparatisme prendra tout son
sens 

Aujourd’hui Le BNVCA ne craint pas seulement pour la sécurité et l’avenir
des  juifs de France, mais pour la France tout entière 

CONCOURS MISS FRANCE

Merci April BENAYOUM !

EDITORIAL

CONCOURS MISS FRANCE
Merci April BENAYOUM !

Le Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme, le BNVCA, exprime toute sa gratitude à April Benayoum. Grâce à cette jeune femme qui a prononcé le simple mot  « israélien » Et en un instant, la France entière a pu prendre conscience de l’ampleur et de la violence de l’antisémitisme qui règne dans les quartiers, dans les réseaux sociaux, dans les campagnes, dans les villes, bref en France. Des faits que nous dénonçons depuis des années mais qui ne franchissaient pas le mur du regard compatissant. Même Finkielkraut insulté n’était pas parvenu à ce niveau. Il est vrai qu’il n’y a pas de comparaison entre l’Académie française et le Concours Miss France. Or les deux sont la France.

L’élection de Miss France a vu le couronnement de Miss Normandie, en qui la grâce et la beauté se rencontrent. Félicitations Miss Normandie !

Lorsque Miss Provence se présente, elle déclare que sa mère croate et son père italo-israélien Ausssitôt surgi le  problème: Israël, le mot hanté par des années de propagande mensongère surl’Etqt juif « état génocidaire, d’apartheid, colonialiste » et autres contre-vérités rencontrant un vrai succès, conformément à la formule de Goebbels, ce joyeux nazi « plus le mensonge est gros, plus il passe ». Donc, au moment où le mot israélien est prononcé, une plateforme, qui comptabilise les messages, enregistre un pic. En quelques minutes, 40 000 messages seront balancés sur les réseaux sociaux. De « tonton Hitler aurait dû exterminer Miss Provence » à « Elle ne sait pas qu’Israël n’existe pas, c’est la Palestine », nous avons tous les niveaux de l’abjection. Une sorte de compilation des poncifs de la haine antisioniste et antisémite, une démonstration en live qu’il s’agit bien des deux faces de la même haine, déferle sous les yeux hagards de la France encore éblouie par le spectacle de tant de beautés.

La dernière élection de Miss France

Au pays des Droits de l’homme, où certains voient dans l’élection de Miss France une réminiscence d’une France machiste et dépassée, la désignation à la vindicte populaire d’une candidate risque de signer la fin de l’élection Miss France. April Benayoum n’était plus une jeune femme française à la beauté tombée du ciel, mais une « sioniste » avec tous les attributs accolés à ce qualificatif.  Le racisme et l’antisémitisme s’affichent sur tous les réseaux sociaux : stigmatisation, rejet et le pire devient possible.  Miss Provence a fait l’objet d’un déferlement de haine, parce qu’il semble bien que nous soyons déjà entrés dans la France racialiste. Où chacun est déterminé biologiquement ou sexuellement avec un point de paroxysme : les juifs encore appelés « sionistes », associés à l’argent, à Israël et à toutes les contre-vérités d’une propagande haineuse omniprésente, des réseaux sociaux aux manifestations autorisées des Bds. Le citoyen disparaît, remplacé par des étiquettes dont la pire – au-delà de la haine du blanc, du policier, de la France laïque et démocratique – est celle de juif, qui devient l’épitaphe du citoyen français. De même que l’intervention de la police a finalement lors de la dernière manifestation, pu éviter que les casseurs ne saccagent une nouvelle fois Paris, grâce à un mouvement audacieux et déterminé. De même face à cette violence, il faut répondre sans faiblir.

Derrière les écrans, les racines du mal

Cachés derrière leurs écrans, les minables qui parlent de Tonton Hitler sont le fruit d’années de laisser-faire, de complaisance et de déni. Après la période où chaque juif bénéficiait naturellement de la protection due au cataclysme de la Shoah, après 1967 et les dégâts du  « peuple arrogant, dominateur et sûr de lui », il y eut l’Intifada au début des années 2000 avec selon la formule consacrée « l’importation du conflit ». N’avons-nous pas entendu dans les rues de Paris « la France est à nous » par des quasi illettrés avec keffieh hurlant leur haine à un Immortel ou « Egorgez les juifs » en arabe, sous protection policière et avec autorisation préfectorale. Pourtant cela ne changea rien : émotion, rassemblement, discours, tweet, Bds car on ne peut passer sous silence ceux dont le fonds de commerce est la haine d’Israël et donc des juifs, continue. La semaine dernière un affichage à Toulouse présentait une affiche sanglante avec le logo Puma, sponsor de l’équipe israélienne de foot, et la phrase Puma « sponsor officiel du colonisateur israélien ». Vingt ans de propagande mensongère tendant à délégitimer l’Etat d’Israël, le seul état juif, laissent des traces, surtout sur des esprits qui selon l’expression ont pour « code culturel » le rejet de tout ce qui est apparenté juif ou israélien. Les tergiversations autour de la définition de l’antisémitisme, qui, à ce jour en France, n’inclut toujours pas l’antisionisme également.

  Bien sûr le BNVCA a immédiatement déposé plainte.  Bien sûr, fort de soin observatoire contre la haine en ligne et avec l’aide de BTA nous identifierons les antisémites anonymes   Bien sur nous avons alerté les autorités qui ont réagi. Bien sûr comme d’habitude nous ne lâcherons rien 

A quand la fin de l’anonymat sur les réseaux sociaux

Il n’est pas de jour, sans qu’une nouvelle personnalité ne fasse l’objet de menaces de mort, hier Elisabeth Lévy sans parler des menaces de mort à l’encontre du Président Emmanuel Macron ou plus tôt, celles contre Nicolas Sarkozy, tous suspectés de liens avec les juifs. La fin de l’anonymat sur les réseaux quelles que soient les difficultés de mise en œuvre, ne doit plus attendre. Twitter, dont le siège se trouve à Los Angeles ne doit-il pas avant que la justice n’intervienne faire l’objet d’un retrait immédiat de ses utilisateurs et notamment de tous les politiques et journalistes ? Quant aux Dieudonnés et consorts pourvoyeurs de haine, même condamnés, ils continuent à diffuser leur venin et à se produire en public. Les délais de la justice se comptent en années, alors qu’un tweet ou un message ne prend que quelques secondes. Nous attendons avec impatience les mesures annoncées de comparution immédiate

J’ai moi même été recu en qualité de président du BNVCA par le Cabinet de la Ministre  Marlène Schapppia dans le cadre de la loi sur le séparatisme  pour lui  donner notre point de vue avec Maitre Baccouche 

Et dans la vraie vie

Enfin, si les réseaux sociaux sont la partie visible de l’iceberg de l’antisémitisme, combien de personnes vivent aujourd’hui terrorisées dans leurs appartements, victimes de harcèlement, d’insultes et de menaces. Bien sûr, dans les quartiers dits sensibles, mais aussi ailleurs de Neuilly/Seine à de charmants petites villes de province, des personnes se débattent dans l’angoisse sans recours autre que d’attendre, entre des murs suintant la peur tandis que les harceleurs continuent à déambuler et à rire. On ne peut que s’étonner, dans cette situation, que les institutions communautaires qui collectent en permanence, n’aient pas prévu un fonds de secours dédié à ces personnes pour les aider à se reloger. La pensée de Sarah Halimi ne doit-elle pas rester omniprésente et inciter non seulement à une vigilance extrême, mais aussi à prendre des mesures pour sortir ces personnes d’un environnement hostile? Pourquoi les enfants juifs ne peuvent-ils pas rester dans des écoles publiques dont les directeurs font le sinistre constat de ne pouvoir garantir leur sécurité ? Pourquoi les auteurs de l’agression d’Aubervilliers ont-ils été relâchés, bien que deux des quatre interpellés soient en situation illégale ? Quel est le suivi réel des fichés S, son efficacité ? Quelle est l’intégration prévue pour tous ceux qui arrivent avec des cultures si différentes, lorsqu’elles ne sont pas en opposition avec notre mode de vie, que ce soit en ce qui concerne les femmes ou les juifs ?  A l’issue de procédures trop longues, le BNVCA souhaite que, désormais,  les dommages et intérêts ne soient plus d’un euro symbolique mais prennent en compte que les auteurs des délits d’antisémitisme ou de négationnisme contribuent surtout à dédommager la Mémoire des six millions de victimes juives de la Shoah. Un euro oui, mais pour chaque victime soit six millions d’euros. Déraisonnable. Le déraisonnable n’est-il pas d’avoir laissé prospérer un virus dont le vaccin n’est toujours pas connu.

Finalement, lors de la dernière manifestation, l’intervention de la police a pu éviter, grâce à un mouvement audacieux et déterminé, que les casseurs ne saccagent une nouvelle fois Paris. De même face à cette violence, il faut répondre sans faiblir.

 

Générations “Antisémitisme”. Quel avenir ?

 

La mise en pleine lumière du visage hideux du racisme et de l’antisémitisme ne doit pas continuer à défigurer la France. Ne laissons pas la lumière de la France vaciller, trop de sang a été versé pour la raviver. La loi sur le renforcement des principes républicains doit pleinement se saisir de cette dimension.

L’antisémitisme, comme la Covid 19, est un virus qui ne peut être contenu que par la mobilisation et la responsabilisation de tous. Chaque centimètre perdu dans la lutte contre toutes les formes de violence met en péril la société française dont les juifs sont une partie intégrante et intégrée. .

 

 Le malaise des juifs de. France est réel et notre inquiétude s’accroît ; nous qui au BNVCA sommes à la fois la sentinelle et le combattant                 

Générations antisémitisme; c´est ainsi que l’histoire va qualifier les enfants juifs nés depuis 2000   Ils n’ont pas connu autre chose que devoir être prudents pour éviter d’être ciblés ,devoir enlever leur kippa,reser les murs quitter l’école publique ,cacher leur origine leur croyance et j’en passe    Ont ils encore un avenir dans cette vieille Europe et en France  J’en doute car la. France et l’Union européenne sont toujours,  passionnément amoureuses obsessionnelles d’une  Palestine hypothétique qui les conduit à mépriser la démocratie israélienne    Cette attitude portée jusqu’aux décisions iniques des instances internationales  est de nature à encourager les comportements hostiles à  Israël qui se manifestent sur réseaux sociaux  pour menacer et insulter une jeune fille au concours  de  Miss  France 2020 .  Nul doute que ce concours restera gravé  dans l’histoire de l’antisemitisme  en    France 

 

Sammy Ghozlan et Evelyne Gougenheim

Le BNVCA condamne la déferlante de haine qui envahit les réseaux sociaux

66 rue Laugier 75017 PARIS


Le Président

Sammy GHOZLAN 

01 77 38 49 44

 

 Paris le 21 décembre 2020

 

 

COMMUNIQUE

Le BNVCA condamne la déferlante de haine qui envahit 

les réseaux sociaux

Le Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme, le BNVCA, dépose plainte contre l’individu qui interpelle et menace la journaliste Elisabeth Lévy «  juive, sioniste, raciste et islamophobe «  et insulte les policiers racistes «  têtes de sangliers » qui jouent « aux fléchettes chez eux à tirer sur des têtes de noirs et d’arabes »Dans une logorrhée remplie de haine, ce sinistre personnage insulte « la France championne du monde de la pédophilie ».

Le BNVCA demande l’interpellation de cet individu qui appelle à la haine des juifs, des policiers et de la France.

Le BNVCA se tient à la disposition de la police pour lui communiquer l’identification de cet individu et charge son Conseil, Me Charles Baccouche, de déposer plainte pour antisémitisme, incitation à la haine et menaces.

Le BNVCA attend de la justice des sanctions exemplaires et dissuasives contre de tels individus, qui, se croyant cachés derrière leurs écrans, déversent sur la toile leur poison violent.

Le rapport d’hospitalisation d’une patiente d’un hôpital du val d’Oise mentionnant sa religion Juive, la patiente et le BNVCA déposent plainte pour discrimination et violation du principe de laïcité

66, rue Laugier

Le
Président

Sammy
GHOZLAN

01 77 38 49
44

Paris,
le 30 Décembre 2020     

COMMUNIQUE

 

Le rapport
d’hospitalisation d’une patiente d’un hôpital du val d’Oise mentionnant sa
religion Juive, la patiente et le BNVCA déposent plainte pour discrimination et
violation du principe de laïcité

Le. BNVCA a été requis par la patiente d’un hôpital du. Val d’Oise qui a découvert
que le compte rendu d’hospitalisation portait la mention « Juive »

Informés par nos soins, Mr Francis Kalifat, Président du CRIF et Mr René
Taieb, Président de l’UCJ 95, Délégué du CRIF dans le département ont alerté la
directrice de l’hôpital qui a décidé de mener une enquête interne pour
identifier les auteurs de cette infraction.

Nous considérons que cette énonciation ” Juive ” est
étrangère aux qualifications médicales et de personnalité de la patiente.
Contraire à la déontologie, elle introduit un élément de discrimination qui se
révèle manifestement attentatoire à l’intimité et la vie privée de la victime,
tant la religion est un élément de la vie privée des personnes, vivant sur le
territoire de la République française.

Cette mention « Juive » attire au contraire l’attention sur une composante de
l’intimité de Mme A.B. qui est susceptible de lui nuire, surtout dans le
contexte social actuel, qui affecte notre pays.

De plus, cela contrevient aussi à l’article 9 du Code Civil qui garantit la
sécurité et la sérénité de la vie privée des personnes de  notre pays

Elle est, enfin, contraire au principe de laïcité qui ne distingue pas entre
les confessions, croyances et religions des citoyens.


La requérante Mme. A. B et le BNVCA ont décidé de déposer plainte entre les
mains du Procureur de la République de Pontoise pour “discrimination et
violation du principe de laïcité”.

De plus, le BNVCA a saisi la CNIL,  le
Conseil de l’Ordre des Médecins ainsi que Mr Olivier Véran,  Ministre des Solidarités et de la Santé afin
qu’ils décident des mesures administratives et pénales qu’il convient de
prendre en la matière, conformément aux pouvoirs que leur confère leur mission
respective.

Le BNVCA reste vigilant et réactif

Garanti sans virus. www.avg.com

Le BNVCA saisit le CSA à la suite de fake news délivrée sur France Inter le 28/12/20 par un chroniqueur qui annonce faussement et de façon abjecte qu’Israël ne vaccine pas les prisonniers palestiniens

66 rue Laugier 75017
PARIS

Le Président

Sammy GHOZLAN 

01 77 38 49 44

 

 Paris le 30 décembre 2020

 

 

COMMUNIQUE

 

 

 

 Le BNVCA a été requis depuis le 28 décembre 2020 par un grand nombre
d’internautes et auditeurs de France Inter, choqués et scandalisés par les
propos délivrés par un journaliste de France Inter, ce 28 décembre
précisément

  Mr Anthony Bellanger, chroniqueur à France
Inter, et consultant de BFMTV évoque dans son intervention ‘‘la
décision abjecte d’Israël de ne pas vacciner les prisonniers palestiniens
‘ 

Il ajoute ‘avec près de 300 000 personnes d’ores et
déjà vaccinées, Israël est numéro 1 au monde, rapporté à sa population de 9
millions d’habitants. Fin janvier, si le plan se déroule comme prévu, un quart
des israéliens seront vaccinés. Ce qui par contraste rend la décision de ne pas
inoculer le vaccin aux prisonniers palestiniens d’autant plus abjecte

C’est la déclaration de Ballenger que nous BNVCA
qualifions   d’abjecte et
mensongère, voire discriminatoire
.

 Ce journaleux, s’est-il préoccupé des prisonniers
américains ; allemands; égyptiens ; jordaniens ; ou autres ? Peut-il
nous dire si les délinquants et criminels incarcérés dans les prisons
françaises seront vaccinés et quand le seront-ils ? Manifestement seul le
sort des palestiniens l’intéresse, pour mieux accuser et
discriminer l’Etat juif.

Dans son
communiqué, l’Ambassade rappelle que le Ministre de la Santé avait il y a un
mois déjà que les prisonniers palestiniens seront vaccinés conformément
au calendrier établi.

Nos
requérants comprennent mal cette fascination manifestée par certains
journalistes et autres médias pour les ”palestiniens” même s’ils sont
terroristes jugés pour leurs crimes et emprisonnés. Les prisonniers
palestiniens devraient -ils être considérés comme prioritaires, avant les
professeurs de collèges, parce que nombre d’entre eux ont du sang juif sur les
mains ?

Le BNVCA
a décidé de saisir le CSA auquel nous demandons de prendre à l’endroit de
ce chroniqueur et de France Inter, les mesures qui s’imposent et que nous ne
manquerons pas de transmettre à nos requérants. Le Président du BNVCA réclame
un droit de réponse

Garanti sans virus. www.avg.com

Les Israéliens premiers vaccinés de Pfizer | JFORUM

Les Israéliens premiers vaccinés de Pfizer | JFORUM

Ce sont les Israéliens qui seront les premiers vaccinés contre le virus corona par Pfizer

3 500 membres du personnel de l’hôpital Wolfson recevront le vaccin dès cette semaine. Directeur du centre médical: « Le processus de vaccination des employés sera évalué en temps réel et effectué immédiatement et sans aucun retard »

 
Vaccin Pfizer Corona  Vaccin Corona de Pfizer (Photo: REUTERS / Dado Ruvic)

Première publication: Peu de temps avant le début des vacances de Hanoukah et à l’aube d’une troisième vague de virus Corona, le Centre Médical Wolfson a annoncé aujourd’hui (mardi 08) que l’hôpital se prépare à administrer les vaccins Corona à environ 3500 employés. Ses employés seront donc les premiers à se faire vacciner avec l’arrivée des premiers vaccins dans le pays, déjà programmée au cours de la semaine à venir.

Netanyahu annonce un triplement de la quantité de vaccins que Modern fournira
 

Le Dr Jasmine Maor, directrice de l’unité de prévention des maladies infectieuses à l’hôpital, a déclaré à Maariv que les premières doses du vaccin contre le virus COVID19 devraient arriver dès cette semaine. Selon elle, le personnel médical a été défini comme un groupe prioritaire pour recevoir le vaccin. Le Dr Maor a ajouté que les vaccins peuvent être conservés au réfrigérateur jusqu’à cinq jours, donc à partir du moment où le vaccin est reçu, Wolfson a l’intention de vacciner les employés prochainement. « Les membres du personnel qui reçoivent la première dose du vaccin recevront la deuxième dose 28 jours plus tard« , a-t-elle ajouté.

La directrice du Centre médical Wolfson, le Dr Anat Engel, a déclaré que le processus de vaccination des employés sera évalué, documenté et effectué immédiatement et sans aucun retard. Elle a déclaré: « Ayant réussi bien au-dessus de la moyenne les années précédentes avec la vaccination du personnel contre la grippe – et nous sommes devenus l’un des cinq meilleurs hôpitaux d’Israël à fournir les vaccins – grâce à une campagne organisationnelle interne efficace que nous avons lancée, avec le slogan « vacciner pour ceux qu’on aime ». Maintenant, je suis sûr, sans l’ombre d’un doute, que nous dirigerons également l’administration de vaccins contre le virus corona.

 

Hier, on a annoncé que déjà cette semaine, environ 110 000 premiers vaccins contre le coronavirus de la société « Pfizer » devraient arriver en Israël. Une expédition supplémentaire de paquets de vaccins devrait arriver dès vendredi, par la suite. Le ministère de la Santé espère que d’ici la fin décembre, les quatre millions de vaccins arriveront en Israël, comme l’a révélé le directeur général du ministère de la Santé, le professeur Hezi Levy, la semaine dernière.

Pfizer a fait une demande d’autorisation d’utilisation du vaccin contre le corona à l’Agence européenne des médicaments la semaine dernière, après que le vaccin a été approuvé pour une utilisation au Royaume-Uni (qui a commencé ce matin même). Pour rappel, la société a rapporté qu’à la fin de la troisième phase de l’essai de vaccin, il s’est avéré efficace à environ 95%, avec moins de 2% d’effets secondaires légers.

maariv.co.il

Adaptation de l’hébreu : Marc Brzustowski

Les Israéliens premiers vaccinés de Pfizer

Projet de loi sur le Séparatisme, Le BNVCA reçu au Ministère de l’Intérieur pour Consultation

 

Le BNVCA  invité par le Ministère de l’Intérieur pour une consultation sur le projet de loi sur le renforcement des principes républicains

 

 

Le BNVCA a été invité par le Ministère de l’Intérieur, plus précisément par le Cabinet de Mme Marlene Schiappa, Ministre déléguée auprès du Ministre de l’Intérieur chargée de la Citoyenneté afin de  participer aux consultations préalables au débat sur projet de loi initialement nommé sur le séparatisme et devenu projet de loi sur le renforcement des principes républicains.

Le Président du BNVCA Sammy Ghozlan et notre conseil Maître Charles Baccouche ont été reçus au Ministère de l’Intérieur le 1er décembre par Mr Sébastien  Jallet Préfet, directeur du Cabinet de madame Schiappa et Mr Le Conseiller Thomas URDY

 Au cours de l’entretien au cours duquel les autorités ont exposé les buts et les effets de ce projet de loi, Maître  Charles. Baccouche a évoqué les poursuites judiciaires engagées par le BNVCA contre les actions de. B D S incitatives à la haine d’Israel qui poussé à l’acte antijuif . Et Sammy. Ghozlan Président du BNVCA  a rappelé le long et incessant combat du BNVCA contre la haine qui se développe sur les réseaux sociaux, symptôme d’une démocratie malade Il a insisté sur la nécessité de mettre rapidement en place cette loi qui renforcera le principe  de laïcité et permettra de faire punir rapidement  par la justice les internautes  auteurs de haine et menaces .De même les 2 représentants du BNVCA ont exprimé leur conviction  que cette loi permettra de restaurer l’autorité de l’Etat notamment dans des secteurs où des éléments séparatistes , extrémistes , islamistes  voudraient imposer leurs lois religieuses à la place des lois de la République 

L’entretien s’est déroulé dans une atmosphère très instructive et très cordiale .

M. Sammy Ghozlan s’est engagé auprès de ses hôtes, à aider à la promotion de  ce projet de loi, et à faire en sorte  que le BNVCA dans son ensemble soutienne  cette loi importante et attendue.

 
 

 

 

Israël espère un dernier train de sanctions américaines contre Téhéran

Mike Pompeo, le secrétaire d’État américain, va entamer une tournée au Proche-Orient avant le changement d’Administration aux États-Unis.

Donald Trump veut maintenir la pression sur l’Iran jusqu’au bout. Selon des indiscrétions en provenance d’Israël et de Washington, le président américain sortant a prévu une nouvelle série de sanctions contre le régime de Téhéran. Elle pourrait être rendue publique la semaine prochaine par Mike Pompeo. Le secrétaire d’État américain va effectuer un périple aux allures de tournée d’adieu au Proche-Orient avant le changement d’Administration aux États-Unis. Il se rendra notamment en Israël, mercredi, avant d’être reçu en Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis (EAU) et au Qatar, soit des pays qui ont tous adressé peu ou prou des messages de félicitations au futur locataire de la Maison-Blanche après l’annonce de sa victoire. Il s’agira selon un communiqué du département d’État de discuter avec ses alliés régionaux «des efforts conjoints pour faire face au comportement malveillant de l’Iran».

Les sanctions ne seraient pas liées directement au dossier du nucléaire iranien. Elles puniraient Téhéran pour son programme de développement de missiles balistiques, ses violations des droits de l’homme et son soutien à des groupes «terroristes». Elles concerneraient des entreprises qui commercent avec Téhéran dans les secteurs de l’armement, de l’aviation ou des communications, mais aussi des individus et des entités iraniennes. L’Administration Trump souhaiterait ainsi marquer le premier anniversaire de la répression la plus violente en Iran depuis la révolution islamique de 1979. Quelque 1 500 manifestants avaient été tués, en novembre dernier, au cours de troubles provoqués à l’origine par une hausse du prix de l’essence.

«Pression maximale»

Des responsables impliquées dans le meurtre présumé de civils, des figures du gouvernement et des services de sécurité seraient visés. «Si c’est vrai, ce sera simplement révélateur du désespoir d’une Administration hostile», a réagi Alireza Miryousefi, porte-parole de la mission de l’Iran auprès des Nations unies à New York, dans un communiqué à Reuters.

La manœuvre du «canard boiteux» de la Maison-Blanche a pour objectif, selon les médias israéliens, de rendre plus difficile l’ouverture d’un dialogue entre le futur président américain et Téhéran, en enfermant Joe Biden dans un tissu profond de mesures coercitives qu’il aura du mal à annuler d’un simple trait de plume, si telle est sa volonté.

Lundi, lors d’une réunion avec des journalistes à Jérusalem, Elliot Abrams, le représentant spécial des États-Unis pour l’Iran, a estimé que «l’augmentation des sanctions fait partie d’une politique à long terme» pour contraindre le régime à engager des négociations globales pour un accord nucléaire plus strict. «Nous avons un programme à pression maximale… et cela continuera en novembre et décembre», a-t-il déclaré. Il a admis que le prochain président a le droit d’inverser la politique de son prédécesseur, mais qu’il aurait du mal à voir cela se produire sans un changement significatif dans le leadership iranien.

«Je ne pense pas que revenir au JCPAO (accord nucléaire avec l’Iran, NDLR) en 2021 soit une simple perspective», a-t-il dit. Une approche qui correspond à celle du premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, qui a encouragé et soutenu Donald Trump dans son retrait de cet accord. Il va désormais devoir composer avec un président américain ne partageant pas toutes ses convictions. Selon Joe Biden, Donald Trump «a imprudemment jeté à la poubelle une politique qui travaillait à la sécurité de l’Amérique et l’a remplacée par une politique qui a aggravé la menace».

Source :© Israël espère un dernier train de sanctions américaines contre Téhéran

Arabie saoudite: attaque contre le cimetière non-musulman de Jeddah

Arabie saoudite: attaque contre le cimetière non-musulman de Jeddah

Latest News

Une grenade a été jetée lors d’une cérémonie commémorative du 11-Novembre à laquelle participaient des diplomates français, et occidentaux.

Douze jours après un attentat au couteau contre un garde du consulat de France à Jeddah, une nouvelle attaque a été perpétrée ce mercredi matin lors d’une cérémonie commémorative du 11-Novembre. Une grenade a été jetée par-dessus le mur du cimetière des non-musulmans de la ville portuaire située sur la mer Rouge, selon plusieurs sources contactées en Arabie saoudite par Le Figaro. Elle aurait fait 4 blessés dont un ressortissant grec et un italien, selon un diplomate européen, mais aucun Français. Des gardes saoudiens auraient également été touchés.

La France était-elle encore une fois visée ? « Il s’agit d’un acte isolé, la France n’est pas visée », affirme une source française à Riyad, la capitale. Une autre source diplomatique occidentale ajoute toutefois que c’est la France qui organisait la cérémonie commémorative du 11-Novembre.

« Le consul général de France, ceux d’Italie, de Grande-Bretagne, de Grèce et du Liban étaient présents à cette cérémonie, de même que les attachés de défense français et britannique », confie une source sécuritaire. Selon celle-ci, l’assaillant aurait été arrêté. «La France condamne fermement ce lâche attentat que rien ne saurait justifier», a réagi le Quai d’Orsay, en appelant les autorités saoudiennes «à faire toute la lumière» sur cet acte et en «identifier et poursuivre les auteurs».

L’attaque de ce mercredi semble bel et bien être un attentat. Il a pour théâtre une fois de plus Jeddah, la deuxième ville d’Arabie où l’ambiance est relativement plus libérale qu’ailleurs dans le pays. «C’est un triste jour», déclare un expatrié français en Arabie. Le 29 octobre au moment où la basilique de Nice était le théâtre d’un attentat meurtrier, un garde du consulat français de Jeddah était attaqué au couteau par un ressortissant saoudien. Celui-ci fut arrêté peu après par les autorités saoudiennes. Le garde avait été blessé, mais ses jours n’ont pas été mis en danger.

«Nous attendons une réaction de l’ambassade de France»

Les autorités du royaume, où règne un islam ultra-conservateur, ont condamné les attentats qui ont ensanglanté la France, ces dernières semaines. Mais dans le même temps, les autorités religieuses saoudiennes ont dénoncé les caricatures du prophète Mahomet publiées par l’hebdomadaire Charlie Hebdo.

À Jeddah, peu après l’attaque de ce mercredi, le consulat américain a publié un communiqué appelant ses ressortissants à observer la plus grande prudence. L’ambassade de France à Riyad observe le silence. « Nous attendons une réaction de l’ambassade de France », confie un diplomate d’un pays européen, contacté. L’Arabie Saoudite devait accueillir dans dix jours le sommet du G-20, mais en raison de la pandémie de la Covid-19, le rendez-vous annuel des grands de ce monde aura lieu en virtuel par visioconférence.

Après les propos d’Emmanuel Macron sur le « séparatisme islamiste » et son engagement à ne pas renoncer aux caricatures, des manifestations anti-français ont éclaté dans de nombreux pays musulmans et des appels à boycotter les produits français ont été lancés. Dans certains pays, le portrait du chef de l’État français a même été incendié.

Pour calmer les choses, Emmanuel Macron s’est livré à un exercice de pédagogie sur la chaîne de télévision qatarienne Al-Jazeera et dans le quotidien britannique Financial Times. Ces derniers jours, Jean-Yves Le Drian le ministre des Affaires étrangères, a effectué une tournée en Égypte et au Maroc pour tenter, là encore, de dissiper les malentendus, répétant que la France n’avait rien contre l’islam.

À voir aussi – Arabie Saoudite: un garde du consulat français de Jeddah blessé au couteau

 

en_GBEnglish (UK)