Author: Sammy Ghozlan

Fwd: Ben & Jerry’s Anti-Semitism: New Campaign Calls on Consumers, Legislators to Act

SWC_Global_wDonate_header.jpg

 Ben+Jerrys-boycott

Sparked by Ben & Jerry’s boycott of Israel, Simon Wiesenthal Center calls for consumers and legislators to act

The Simon Wiesenthal Center continues to push back against Ben and Jerry’s boycott of Israel, this time with a newly-launched campaign placing ads in US Jewish newspapers, paid for by supporters of the SWC, calling on consumers, states, and legislators to take action.

• The Goal:
 Mobilize Americans and states to contest Ben & Jerry’s boycott against Israel.

• The Facts:
Many states have already pulled investments out of Unilever, including a combined $325 million divestment from Arizona and New Jersey. Reviews of Unilever and Ben & Jerry’s that could lead to similar action are underway in New York, Florida, Texas, Illinois, Maryland, and Rhode Island, prompted by anti-BDS laws requiring states to withdraw investments from any company that boycotts the goods, products, or businesses of Israel.

The Truth:
Center officials have continued to press that this was never just about ice cream sold in East Jerusalem but rather about Ben and Jerry’s ice cream company profits being leveraged by an activist anti-Semite, Ben & Jerry’s board chairwoman Anuradha Mittal, who has a track record of endorsing the anti-Semitic BDS movement and defending Hezbollah and Hamas.

• The End Result:
With a spike of violent attacks against Jews from Germany and the UK to the US, and with anti-Semitism exploding around the globe, we cannot enable the odious, anti-Semitic BDS movement to continue to use money from a global brand to brand Jews as occupiers in their own land.

We will keep you updated on developments in the weeks to come.

Help the Simon Wiesenthal Center fight anti-Semtism and BDS. Please support this campaign today and share this message with family and friends.

DONATE-CIRCLE

Stay Connected

Facebook Anne Twitter Icon ANNE Twitter ANNE

Simon Wiesenthal Center
1399 South Roxbury Drive, Los Angeles, CA 90035
310.553.9036

 

LE PRÉFET DE LA SARTHE ANNONCE LA FERMETURE DE LA MOSQUÉE D’ALLONNES

LE PRÉFET DE LA SARTHE ANNONCE LA FERMETURE DE LA MOSQUÉE D'ALLONNES

Salomé Robles
Le 13/10/2021 à 12:50

Islam radical: le préfet de la Sarthe décide de fermer la mosquée d'Allonnes

Islam radical: le préfet de la Sarthe décide de fermer la mosquée d'Allonnes – Fred TANNEAU © 2019 AFP

L'activité de ce lieu de culte serait proche de la mouvance islamiste radicale.

La préfecture de la Sarthe a annoncé ce mercredi avoir engagé une procédure de fermeture de la mosquée d'Allonnes, ville populaire de 11.000 habitants près du Mans, où des prêches légitiment un islam radical.

La mosquée d’Allonnes est notamment gérée par deux associations installées dans la ville, le Juste Milieu (AAJM) et l'association Al Qalam. Environ 300 fidèles fréquentent ce lieu de culte.

“Un lieu d'endoctrinement”

Dans un communiqué, la préfecture de la Sarthe justifie sa décision, citant en avant des prêches incitant à “la commission d'actes de terrorisme et le recours à la violence”.

“D'après des éléments recueillis, des prêches et l'activité de ce lieu de culte, fréquenté par des individus appartenant ou proches de la mouvance islamiste radicale, légitiment le recours au jihad armé, la mort en martyr, la commission d'actes de terrorisme et le recours à la violence, la haine et la discrimination ainsi que l'instauration de la charia”, explique-t-elle.

La mosquée d’Allonnes abrite aussi une école coranique “accueillant environ 110 enfants devant lesquels a été valorisé le jihad armé et qui constitue donc un lieu d'endoctrinement”, d'après la même source.

Plusieurs procédures de fermetures enclenchées

Au regard de ces éléments, et à la demande du ministère de l’Intérieur, le préfet de la Sarthe a donc engagé une procédure de fermeture du lieu de culte. Selon une source proche du dossier, cela faisait plusieurs semaines que cette mosquée était dans le viseur des services de renseignements.

Cette procédure intervient également après une interview de Gérald Darmanin dans Le Figaro où il annonçait que “des procédures [étaient] enclenchées pour six [mosquées] dans la Sarthe, en Meurthe-et-Moselle, en Côte-d’Or, dans le Rhône ou encore dans le Gard”. De nouvelles fermetures pourraient donc être annoncées prochainement.

Il y a un an, le 2 octobre 2020, Emmanuel Macron lançait son plan contre “le séparatisme islamiste” lors d’un discours aux Mureaux, dans les Yvelines. Depuis, le ministère de l’Intérieur se félicite que “les 89 lieux de cultes soupçonnés d’être radicaux et répertoriés par les services de renseignement [aient] tous été contrôlés depuis novembre et un tiers sont désormais fermés ou hors d’état de nuire”.

Salomé Robles

Jerusalem Post Article by Shimon Samuels: “Antisemitic Laureates should not be celebrated”

Open Link
https://www.jpost.com/opinion/antisemitic-laureates-should-not-be-celebrated-681688

Antisemitic Laureates should not be celebrated

Agatha Christie, T.S. Eliot, Roald Dahl and Céline are among the most famous antisemitic laureates, so why are they still celebrated?

By SHIMON SAMUELS – OCTOBER 11, 2021

On this 60th anniversary of the death of Louis Ferdinand Auguste Destouches (aka Céline), a debate on a newly found cache of his manuscripts raises the question of their antisemitic content.

 

Can Céline be judged in the same manner as three other bigoted laureates?

 

1) Agatha Christie (1890-1976), a veritable library of murder by the creator of Hercule Poirot, whose Jewish characters are “hooked-nosed and money-grabbing,” was condoned by the critics as representing English “reflex antisemitism.”

 

On a prewar Middle East tour, the German ambassador to Iraq told her that “all the Jews of Britain should be exterminated.” To her credit, her recalling the event in her memoirs and the postwar evidence of the Holocaust saw also a toning down of new Jewish characters. There was, however, no such change in British publication, while her US publishers deleted such passages.

 

2) T.S. Eliot (1888-1965): Many critics argue that “Eliot’s relative antisemitism is one thing, his poems are another.” He never showed an Agatha Christie type of postwar remorse. He admired the Vichy France antisemitic author – a vehement nationalist and Christian fundamentalist – Charles Maurras.

 

An example: “My house is a damaged house and the Jew squats on the windowsill… The rats are underneath the piles. The Jew is underneath the lot.”

 

3) Roald Dahl (1916-1990) admitted his antisemitism in an interview with The Independent just before he died. The Royal Mint refused to mark the 100th anniversary of his birth “as he was associated with antisemitism.” In December 2020, the Dahl family apologized for his “history of antisemitism,” one may suggest 30 years too late.

 

Abraham Foxman, then-director of the Anti-Defamation League, told The New York Times in 1990: “Talent is no guarantee of wisdom. Praise for Mr. Dahl as a writer must not obscure the fact that he was also a bigot.”

 

Dahl in action: “There is a trait in the Jewish character that does provoke animosity, maybe it is a kind of lack of generosity towards non-Jews… even a stinker like Hitler didn’t just pick on them for no reason” (New Statesman).

 

4) Céline (1894-1961), a country doctor and writer, early on became pro-Nazi, calling for an alliance with Germany “to save France from the Jewish hegemony.” In 1941, he was an informant, in shock that “Germans did not exterminate French Jews.”

 

The French great writer Baudelaire had claimed that “literature and arts pursue an aim independent of morality.” Thus Céline, viewed as “a latter-day Baudelaire,” is read with admiration despite his novels being replete with Jew-hatred.

 

In 2017, the French government called on his publisher, Gallimard, to refrain from reprinting the worst of the texts.

 

A cache of unpublished manuscripts, comprising some 6,000 papers, was revealed by a former journalist of the French left-of-center newspaper Libération. Now in the public domain, there are two distant family claimants for what is assessed at many thousands of dollars.

 

In 1944, Céline and his wife fled a liberated Paris to the German Sigmaringen Castle, an enclave to host the French Vichy government in exile – including Marshal Philippe Pétain, prime minister Pierre Laval and other collaborators.

 

All were to be sentenced in France as traitors… but not Céline and his spouse, who moved on to Denmark. Arrested, he would continue to write in jail.

 

Eventually, returning to Paris, where he was exonerated, his files disappeared. Now that they have resurfaced, Gallimard has announced their eventual publication, which may include at least three antisemitic novels, and other documents will follow.

 

We believe that Gallimard has a public obligation to remove all language that incites against Jews and to use the sales profits for an endowment to educate and combat all forms of bigotry and hatred.

 

Moreover, Roald Dahl’s family apology, 30 years after his death, coincides with a billion-dollar contract with Netflix. We believe the same generosity should apply.

 

The writer is director for international relations of the Simon Wiesenthal Center. 

Garanti sans virus. www.avast.com

“Francis Kalifat est l’idiot utile des derniers antisémites qui subsistent en France”, estime Eric Zemmour

I24NEWS

“Francis Kalifat est l'idiot utile des derniers antisémites qui subsistent en France”, estime Eric Zemmour

i24NEWS

11 octobre 2021, 22:02dernière modification 11 octobre 2021, 22:09

clock 2 min

L'essayiste français Eric Zemmour assiste à la table ronde « Publicité et famille » lors du quatrième sommet démographique dans un centre culturel à Budapest le 24 septembre 2021.Attila KISBENEDEK / AFPL'essayiste français Eric Zemmour assiste à la table ronde « Publicité et famille » lors du quatrième sommet démographique dans un centre culturel à Budapest le 24 septembre 2021.

Le président du crif avait affirmé qu'”aucune voix juive ne doit aller au potentiel candidat Eric Zemmour”

“Le patron du Crif, de sinistre mémoire, croit et fait croire qu'il y a un vote juif et qu'il peut donner comme ça des consignes de vote. Il croit que des centaines de milliers de juifs lui obéiraient mais malheureusement pour lui, ce n'est pas le cas”, a déclaré ce lundi l'essayiste et potentiel candidat à la présidentielle Eric Zemmour sur Sud Radio.

Mi-septembre, Francis Kalifat avait mis en garde sur Radio J que “si demain il venait à déclarer sa candidature, il est évident que nous devons faire barrage, et pas une voix, pas une voix juive ne doit aller sur le candidat potentiel Eric Zemmour”.

Les propos du journaliste dans son dernier livre ” La France n'a pas dit son dernier mot” avaient choqué une bonne partie de la communauté juive. Il dénonce à la fois le choix de la famille de Mohamed Merah de l’enterrer en Algérie et celui des proches des victimes d’Otzar Hatorah de le faire en Israël.

Selon Eric Zemmour, le patron du crif fait “le lit des antisémites les plus fous qui sont persuadés qu'il y a une union de tous les juifs qui sont ensemble pour régner sur la France”.

“M. Kalifa est l'idiot utile des derniers antisémites qui subsistent en France”, a-t-il lancé en ajoutant être “indifférent à l'origine religieuse et à la confession des gens”.

“Je suis très populaire lorsque je vais à la synagogue. Je conseille à M. Kalifat de venir avec moi et on verra qui sera le plus populaire”, a-t-il lancé.

Eric Zemmour est donné au second tour devant Marine Le Pen, qui occupait cette place depuis de longs mois, selon un sondage Harris Interactive publié mercredi dernier. Il est donné de 17 à 18% des voix, selon les scénarios à droite, et Mme Le Pen entre 15 et 16%.

Israe lQuand « l’entité sioniste » fait rêver ses sanguinaires ennemisn palestiniens

Accueil  Israel  Quand « l’entité sioniste » fait rêver ses sanguinaires ennemis

Quand « l’entité sioniste » fait rêver ses sanguinaires ennemis

 

189 vues

 

0

Des milliers de Palestiniens postulent pour des permis de travail en Israël.

Des milliers de Palestiniens se sont présentés hier devant les chambres de commerce de la bande de Gaza dans l’espoir d’obtenir des permis de travail en Israël, au lendemain de l’annonce par les autorités gazaouies de l’augmentation de leur nombre.

À Jabalia, camp de réfugiés dans le nord de Gaza, de nombreux hommes munis de leurs papiers d’identité ont fait la queue pour ce sésame leur permettant de travailler en Israël, qui rouvre progressivement ses portes à la main-d’œuvre venant de l’enclave palestinienne.

Le taux de chômage avoisine les 50 % dans la bande de Gaza, territoire palestinien de deux millions d’habitants contrôlé par les islamistes du Hamas et sous blocus égyptien et israélien depuis 2007. Une trêve passée en 2019 entre l’État hébreu et le Hamas, négociée sous l’égide de l’Égypte, du Qatar et de l’ONU, prévoyait des milliers de permis de travail en Israël à des Gazaouis, mais la pandémie a ensuite mené à la fermeture pendant des mois de la frontière entre Gaza et Israël.

Mercredi, un responsable sécuritaire israélien a annoncé que 7000 permis de travail étaient désormais prévus pour les Gazaouis. En août, environ 5 000 travailleurs et commerçants avaient été autorisés à entrer en Israël.

Mais en même temps le Hamas parle de la destruction d’Israël et le monde se tait. La réalité dépasse l’imagination.

Le discours du Hamas sur  « la destruction d’Israël » comprend le massacre de Juifs, la déportation et l’emploi forcé de ceux qui sont considérés comme des « experts » la poursuite de la situation dans laquelle l’organisation terroriste utilise des facteurs civils pour diffuser ses messages, est dangereux. Israël doit diffuser le rapport et faire pression sur les pays du monde pour qu’ils reconnaissent le Hamas comme une organisation terroriste pour le monde entier.

Il y a 52 ans, trois journalistes de l’hebdomadaire américain Newsweek publiaient leur livre « If Israël Was Defeated ». Richard Chesnoff, Robert Little et Edward Klein ont décrit une histoire alternative. Ils ont peint le scénario d’horreur : une victoire des États arabes sur le petit Israël pendant la guerre des Six Jours. Le livre est entré dans les moindres détails – il décrivait la torture et les massacres, l’extermination de prisonniers, l’abus de femmes israéliennes et de citoyens israéliens, les assassinats publics et cruels de dirigeants israéliens, la construction de mécanismes pour remplacer les mécanismes de l’État juif et plus encore.

Certains des « cercles éclairés » en Israël et dans le monde (le magazine Life, le rédacteur en chef de « This World », Uri Avnery et le rédacteur en chef de « On the Watch », Mark Geffen) ont vivement critiqué le livre à l’époque, mais la réalité dépassait toute imagination. Au fil des ans, les Palestiniens et les extrémistes musulmans ont publié leurs documents « apocalyptiques ». Le dernier d’entre eux, qui a été révélé par « Mamri » – a été publié hier (mercredi) dans « Israël Hayom » en bonne place.

Le document a été rédigé avec l’inspiration, le parrainage et la presse du Hamas le 30 septembre. Il comprend presque tous les éléments que les trois dirigeants de Newsweek ont incorporés dans leur livre il y a plus d’une décennie : le meurtre de masse des Juifs et la « générosité des vainqueurs », qui sont prêts à laisser en Israël ceux qui sont nés ici, ou ceux qui occupent et détruisent Israël à rester ici. Bâtir également un mécanisme pour exercer le « droit au retour » des Palestiniens qui construiront leur maison sur les ruines d’Israël et sur la vie de leurs citoyens.

Le document, rendu public hier, est important car de plus en plus d’éléments en Europe, aux États-Unis et dans des pays du monde entier ont cessé de traiter le Hamas comme une organisation terroriste ces dernières années.

Mais Erdogan n’est que la pointe de l’iceberg : il y a environ deux ans, le ministère des Affaires stratégiques a révélé que l’organisation terroriste Hamas menait diverses activités dans les pays occidentaux pour faire avancer son programme radical, à travers des centaines d’organisations de la société civile. Le ministère s’est dit préoccupé par le fait qu’une partie des budgets d’aide, des subventions de l’État et des dons philanthropiques, en particulier aux organisations sociales et civiques palestiniennes, britanniques et américaines, alimentent les activités d’organisations terroristes bien connues, dont le Hamas.

Celui qui a ensuite confirmé, au moins en principe, les milliers d’informations que le ministère des Affaires stratégiques a publiées dans son excellente enquête, c’est le Hamas lui-même. Le chef du bureau politique du Hamas à l’époque, Ismail Haniyeh, a déclaré en septembre qu’ « il existe de nombreuses variables importantes, y compris dans les pays occidentaux, qui peuvent être utilisées pour construire notre stratégie : le mouvement de boycott, le BDS, les marches et des convois de solidarité. De plus, l’un des organes les plus actifs affiliés au Hamas à l’étranger est la « Conférence des peuples palestiniens d’outre-mer ».

Depuis que le rapport a été publié, peu de choses ont changé et Israël a du mal ou n’essaie pas assez de faire de la propagande contre les activités mondiales du Hamas à l’étranger.

Cherchons l’incohérence …

JForum – AFP – Israël Hayom

France-Info découvre le sort des Juifs de Sarcelles

Accueil  Communauté  France-Info découvre le sort des Juifs de Sarcelles

France-Info découvre le sort des Juifs de Sarcelles

7 octobre 2021 

809 vues

 

À Sarcelles (Val-d’Oise), un quartier est surnommé « la petite Jérusalem » en raison de sa forte communauté juive. Tous vivent dans l’inquiétude.

Dans le Val-d’Oise, et plus particulièrement à Sarcelles, la communauté juive est très nombreuse à vivre dans le quartier surnommé « la petite Jérusalem« . Les riverains sont toujours marqués par les actes antisémites de 2014. 6 ans plus tard, de nombreux juifs vivent dans l’inquiétude. Simone Malka habite ici depuis 48 ans. »Quand je suis arrivée avec mes parents du Maroc, je n’avais que 18 ans« .

Voir la vidéo en cliquant sur le lien suivant https://www.jforum.fr/france-info-decouvre-le-sort-des-juifs-de-sarcelles.html

Les émeutes de 2014 toujours dans les esprits

Elle explique que beaucoup de Juifs sont partis. « Socialement, il est préférable d’aller sur Paris, c’est plus chic. Et, la deuxième raison, c’est qu’avec les attentats, ce qui s’est passé en 2014, les gens ont préféré partir« . En 2014, un groupe issu d’une manifestation pro-Palestine a débarqué dans le quartier avec l’intention d’attaquer la synagogue. Les autorités parviennent à protéger le lieu de prière. Les agresseurs se sont rabattus sur des commerces tenus par des Juifs.

 

Quand France-Info fait mine de découvrir le sort des Juifs de France.

France-Info fait partie de ces pyromanes, étonnés des incendies qu’ils ont allumés, avec leur discours sur Israël.

Car de quoi parle-t-on ?

De jeunes musulmans haineux à l’égard d’Israël et des Juifs, à cause des discours et des images tronqués relatant le conflit israélo-arabe aux quels on les abreuve régulièrement. Ces jeunes qui ne connaissent rien de l’histoire, de la géographie, des israéliens et des arabes de Palestine baptisés palestiniens, se croient autorisés à VENGER LEURS FRERES palestiniens, dont aucun pays arabe ne veut, et cela en toute impunité. Combien y-a-t-il eu d’arrestation lors du pogrome planifié contre la communauté juive de Sarcelles, qui a échappée de justesse à des crimes, grâce aux forces de l’ordre ce jour-là : réponse zéro. Quand Zemmour parle du grand remplacement, il faut aller à Trappes, Stains, Garges-les-Gonesse, et maintenant Sarcelles. Cette réalité est devenue une banalité, qui n’est pas arrivée à son terme. Le pire dans cette affaire, est que les français eux-mêmes sont chassés de ces territoires. Pour s’en convaincre il faut simplement prendre les transports en commun, comme le RER D, et vous n’aurez pas de difficulté à compter « les blancs ».

Il faut inviter France-Info à faire le voyage. Car ce n’est pas seulement de la situation des Juifs dont il s’agit, mais du destin de la France. Quant aux Juifs, ils sont habitués aux trahisons de la France. Cela ne remonte pas uniquement à la France de Pétain ou à l’affaire Dreyfus. Les épisodes de lâcheté ont été nombreux. C’est en quoi Zemmour à tord qu’en il parle d’assimilation des Juifs. Ils se sont simplement « marranisés » avant de retrouver leur identité pleine et entière dans le seul pays où ils ont vocation à être

Partage Facebook Twitter Email Le Sénat adopte une résolution pour lutter contre toutes les formes de l’antisémitisme

Le Sénat adopte une résolution pour lutter contre toutes les formes de l’antisémitisme

Lutte contre l'antisémitisme: “Nous ne devons rien céder”, demande Bruno retailleau
00:20
Le Sénat a adopté une résolution non contraignante sur la lutte contre toutes les formes d’antisémitisme. Lors des débats, plusieurs élus ont rappelé que l’antisémitisme prenait également la forme du révisionnisme et « de tentatives de réhabilitation de l’Etat français du Maréchal Pétain », en faisant référence sans le nommer à Éric Zemmour
.LE 05 OCT 2021
Simon BarbaritPar Simon Barbarit
5mn

« Hier comme aujourd’hui, un antisémite est un antisémite. Nous ne devons rien céder […] l’objet de cette résolution, c’est d’adopter une définition nouvelle (de l’antisémitisme) à la hauteur de cette exigence. Parce qu’on ne combat bien, que ce qu’on nomme bien », a fait valoir Bruno Retailleau, président du groupe LR du Sénat et co-auteur avec son homologue du groupe centriste, Hervé Marseille, d’une proposition de résolution portant sur la lutte contre toutes les formes d’antisémitisme.

Le texte reprend la définition de l’antisémitisme de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA) que la France a signé en 2016 : « L’antisémitisme est une certaine perception des Juifs qui peut se manifester par une haine à leur égard. Les manifestations rhétoriques et physiques de l’antisémitisme visent des individus juifs ou non et/ou leurs biens, des institutions communautaires et des lieux de culte ».

« Hier, l’antisémitisme était principalement le fait d’une idéologie, de l’extrême droite. Aujourd’hui, un autre écosystème s’est mis en place dans les territoires perdus de la République, gagnés par l’islamisme. Des territoires où on ne peut plus enseigner à l’école la Shoah […] Dans ces territoires combien de familles ont dû s’exiler la peur au ventre », a mis en avant le président du groupe LR, visant un antisémitisme « qui se cache dans l’ombre de discours prétendument antiracistes ».

Fin 2019, une résolution similaire sur la lutte contre l’antisémitisme telle que définie par l’IHRA avait été adoptée de justesse à l’Assemblée nationale (154 députés ont voté pour, 72 contre). En cause, les exemples qui font suite à cette définition, associent l’antisionisme à une nouvelle forme d’antisémitisme.

« Les critiques de la politique du gouvernement israélien ne peuvent y être assimilées »

Raison pour laquelle, la résolution déposée par Bruno Retailleau et Hervé Marseille prend soin de rappeler que cette définition « ne remet pas en cause la liberté fondamentale de critiquer les politiques menées par l’État d’Israël ».

Si la résolution a été adoptée par les sénateurs, la définition de l’antisémitisme n’a pas pour autant fait consensus. Le sénateur écologiste, Guy Benarroche a souligné qu’Emmanuel Macron lui-même avait indiqué vouloir élargir la notion d’antisémitisme à l’antisionisme. « Si l’on peut considérer qu’il existe dans certaines attaques formulées à l’encontre d’Israël des dérives antisémites, les critiques de la politique du gouvernement israélien ne peuvent y être assimilées […] Nous refuserons toujours cette instrumentalisation de la lutte contre l’antisémitisme ».

Le sénateur communiste, Pierre Ouzoulias a quant à lui déploré « l’utilisation politique très partisane » de la définition de l’IHRA, lui préférant la déclaration de Jérusalem de 2020 « plus pertinente puisqu’elle inscrit les antisémitismes d’hier et d’aujourd’hui dans le même processus d’assimilation des juifs aux forces du mal ». Pierre Ouzoulias a également estimé que la définition de l’IHRA « ne mentionne aucunement la nouvelle irruption dans le débat public de thèses négationnistes et de tentatives de réhabilitation de l’Etat français du Maréchal Pétain ».

Antisémitisme: le Sénat adopte une résolution pour lutter contre toutes ses formes
00:20

« Les négationnistes classiques qui font de Pétain le protecteur des juifs français »

Cette référence au polémiste d’extrême droite Éric Zemmour s’est retrouvée dans les prises de parole d’un bout à l’autre de l’hémicycle. « Nous sommes en face d’un antisémitisme protéiforme […] les négationnistes classiques qui font de Pétain le protecteur des juifs français (car) il livrait les juifs étrangers. Comme si livrer des gens à la déportation avait une gradation. C’est absolument insupportable », a appuyé le sénateur LR, Roger Karoutchi

Le sénateur socialiste, Rachid Temal a indiqué « avoir mal à (s)a France » lorsqu’il entend « certains élus de la République courir après un polémiste révisionniste ou refuser de le condamner ».

Le racisme et l’antisémitisme étant déjà pénalement répréhensible, la résolution, sans valeur contraignante, n’en est pas moins un « un instrument utile » a fait valoir Marlène Schiappa. La ministre en charge de la Citoyenneté a rappelé que cette définition de l’antisémitisme allait servir de base « à l’application de la loi et des politiques publiques dans les tâches de prévention, de pédagogie comme de répression ».

 

Lyon : agression d’un jeune couple sur fond de racisme anti-blanc

Lyon : agression d’un jeune couple sur fond de racisme anti-blanc

Actu Lyon rapporte la violente agression qu’a subie un jeune couple de Lyonnais dans la soirée du vendredi 1er octobre. Le compagnon de la jeune femme, harcelée par des jeunes, a été violemment tabassé lorsqu’il a voulu s’interposer. Sa compagne dénonce une agression raciste anti-blanc.

Lyon Photo ©️ SIPA ALLILIMOURAD_LYON011416

« Nique-lui bien sa mère à ce fils de p… de blanc ! » Ce sont les propos, suivis d’un déluge de coups, qu’a subis, vendredi soir 1er octobre, un jeune couple de Lyonnais dans les rues de la capitale des Gaules, raconte Actu Lyon.

Emma, l’une des victimes, témoigne : « Je marchais avec une copine, nos copains respectifs se trouvaient à une trentaine de mètres devant nous. J’ai été abordée par deux jeunes hommes que je qualifierais de racailles. L’un d’eux m’a accostée et a commencé à me draguer lourdement. ».

Devant son refus, les insultes fusent. La jeune femme accélère le pas, mais cela ne décourage pas ses harceleurs, qui persistent à la suivre. Son compagnon s’interpose alors.

 

Déchainement de violence

 

Entre temps, les deux harceleurs ont rameuté du monde. La situation dégénère très vite, et Florian, le compagnon d’Emma, se retrouve au sol, tabassé par une dizaine d’assaillants. « Mon mec s’est pris des coups de pied sur le corps et sur la tête. Certains le frappaient et je suis sûre qu’ils ne savaient même pas pourquoi. C’était un véritable effet de meute, un acharnement gratuit, ils voulaient juste casser du blanc (sic) » raconte la jeune Lyonnaise au site d’actualité locale.

 

« Aujourd’hui en France, on se fait insulter parce qu’on est blanc »

 

Très remontée contre l’ambiance délétère que connaît sa ville, Emma dénonce l’inaction des forces l’ordre et du maire, Grégory Doucet : « Quand j’entends le maire de Lyon Grégory Doucet dire qu’il ne souhaite pas voir trop de forces de l’ordre dans la rue, ça me fait halluciner ! Parce qu’au final, il entretient cette insécurité ».

Dans un post Facebook, la jeune femme s’en prend sans ménagement à l’état d’insécurité général : « Aujourd’hui en France, on se fait insulter parce qu’on est blanc. Aujourd’hui en France, on choisit la lâcheté. On préfère éviter et ignorer plutôt que de sanctionner. »

Garanti sans virus. www.avast.com

La vice-présidente Kamala Harris fait l’éloge d’une étudiante qui a accusé Israël de “génocide ethnique” pour “avoir dit sa vérité”

La vice-présidente Kamala Harris fait l'éloge d'une étudiante qui a accusé Israël de “génocide ethnique” pour “avoir dit sa vérité”

La réponse de Veep devrait inquiéter les alliés américains car Harris ne corrige pas la remarque qui est maintenant devenue virale

La vice-présidente américaine Kamala Harris s'entretient avec des étudiants de l'université George Mason, le 28 septembre 2021 (Photo : capture d'écran)

Le vice-président américain Kamala Harris est sous le feu des critiques pour ne pas avoir affronté un étudiant qui a déclaré qu'Israël était coupable de “génocide ethnique et de déplacement de personnes” alors qu'il s'adressait au vice-président.

Au lieu de repousser la caractérisation d'Israël par l'étudiant, Harris lui a dit : « Votre vérité ne doit pas être supprimée.

Après que le vice-président s'est adressé mardi à une classe de l'Université George Mason en Virginie, l'étudiant a mentionné que le Congrès avait voté à une écrasante majorité pour réapprovisionner le système de défense antimissile d'Israël malgré les protestations de masse pro-palestiniennes.

“Je vois qu'au cours de l'été, il y a eu, par exemple, des protestations et des manifestations en nombre astronomique”, a déclaré l'étudiant. « Il y a quelques jours à peine, des fonds ont été alloués pour continuer à soutenir Israël, ce qui me fait mal au cœur à cause de son génocide ethnique et de son déplacement de personnes, le même qui s'est produit en Amérique, et je suis sûr que vous en êtes conscient.

Au lieu de corriger le commentaire diffamatoire sur l'allié n°1 des États-Unis au Moyen-Orient, Harris a déclaré qu'elle était « heureuse » que l'étudiante ait exprimé ses inquiétudes.

« Une démocratie est la plus forte lorsque tout le monde participe, elle est la plus faible lorsque quelqu'un est laissé de côté », a déclaré Harris.

Harris a dit que « nous avons encore des débats sains dans notre pays sur » la politique au Moyen-Orient et que « la voix de personne ne devrait être étouffée là-dessus », a-t-elle déclaré.

L'étudiant a également commenté que ce financement devrait aller aux Américains qui luttent plutôt que « d'enflammer Israël et de soutenir l'Arabie saoudite et ainsi de suite ».

L'auteur et commentateur politique Douglas Murray a déclaré que l'apathie apparente de Harris envers cette « diffamation » sonne l'alarme parmi les alliés de l'Amérique, en particulier Israël.

« Les gens à qui je parle dans le monde – y compris ces derniers jours en Israël – sont préoccupés par cela », a-t-il déclaré sur Fox News. “Ils sont inquiets quand ils voient des gens, cet aîné, saccager et permettre le saccage d'alliés américains.”

« Nous voyons la semaine dernière des démocrates – des membres du propre parti de Harris – voter pour le financement du Dôme de fer d'Israël, c'est-à-dire le financement d'un système d'armes défensif », a-t-il noté. “Maintenant, nous voyons le vice-président hocher la tête alors qu'un étudiant américain très, très ignorant diffame un allié.”

Murray a déclaré que l'atmosphère à Washington était loin de ce que l'administration Biden avait promis.

“Cette administration était censée parler de construire des alliances et de reconstruire des alliances comme si Donald Trump les avait toutes saccagées, ce qu'il n'avait pas fait, et maintenant nous voyons quelques jours après l'autre, nous voyons ce qui s'est passé avec les alliés de l'Amérique en Afghanistan”, il a noté.

Garanti sans virus. www.avast.com

Live From The Field

Kamala Harris « n'est pas d'accord » avec un étudiant qui dit qu'Israël commet un génocide

Harris a parlé pendant environ 15 minutes à la classe de l'importance de s'organiser et de faire entendre sa voix.

Le vice-président américain Kamala Harris s'entretient avec des étudiants lors d'une visite à l'Université George Mason pour discuter des droits de vote et de l'inscription à Fairfax, en Virginie, (crédit photo : LEAH MILLIS/REUTERS)
Le vice-président américain Kamala Harris s'entretient avec des étudiants lors d'une visite à l'Université George Mason pour discuter des droits de vote et de l'inscription à Fairfax, Virginie,
(Crédit photo : LEAH MILLIS/REUTERS)
La vice-présidente Kamala Harris « est fortement en désaccord » avec un étudiant universitaire qui lui a dit qu'Israël était en train de commettre un « génocide ethnique », a déclaré son bureau, repoussant les affirmations selon lesquelles elle encourageait le point de vue de l'étudiant.
« Tout au long de sa carrière, la vice-présidente a été inébranlable dans son engagement envers Israël et la sécurité d'Israël », a déclaré vendredi la porte-parole de Harris, Symone Sanders, dans une déclaration à l'Agence télégraphique juive. « Lors d'une visite à l'Université George Mason pour discuter des droits de vote, un étudiant a exprimé une opinion personnelle lors d'un cours de sciences politiques. Le vice-président est fortement en désaccord avec la caractérisation d'Israël par l'étudiant.
Harris avait contacté des organisations juives après avoir subi les critiques des républicains et de certaines personnalités communautaires juives pour ne pas avoir corrigé l'étudiant lors d'une visite à un cours de sciences politiques. Harris était sur le campus mardi pour assister à un rassemblement sur les droits de vote.
Harris a parlé pendant environ 15 minutes à la classe de l'importance de s'organiser et de faire entendre sa voix, en la liant aux efforts du Parti démocrate pour repousser une série de lois dans les États dirigés par les républicains qui ajoutent des restrictions au vote. 
“Votre vote est une expression de votre voix, et nous ne devrions jamais soutenir quoi que ce soit qui étoufferait la voix d'une personne”, a déclaré Harris.

Le vice-président américain Kamala Harris parle du ''American Rescue Plan Act'' de 1,9 billion de dollars alors que le chef de la majorité au Sénat Chuck Schumer (D-NY) écoute lors d'un événement pour célébrer la législation dans la roseraie de la Maison Blanche à Washington, États-Unis, 12 mars 2021. (crédit : REUTERS/TOM BRENNER)Le vice-président américain Kamala Harris parle du ''American Rescue Plan Act'' de 1,9 billion de dollars alors que le chef de la majorité au Sénat Chuck Schumer (D-NY) écoute lors d'un événement pour célébrer la législation dans la roseraie de la Maison Blanche à Washington, États-Unis, 12 mars 2021. (crédit : REUTERS/TOM BRENNER)

Elle a répondu aux questions et une femme, qui a dit qu'elle était yéménite et iranienne, a contesté l'affirmation de Harris selon laquelle s'exprimer apporte le changement.
“Vous avez évoqué à quel point le pouvoir du peuple, les manifestations et l'organisation sont très précieux en Amérique, mais je vois qu'au cours de l'été, il y a eu des protestations et des manifestations en nombre astronomique aux côtés de la Palestine”, a-t-elle déclaré. « Mais il y a quelques jours à peine, des fonds ont été alloués pour continuer à soutenir Israël, ce qui me fait mal au cœur parce que c'est un génocide ethnique et un déplacement de personnes, le même qui s'est produit en Amérique, et je suis sûr que vous en êtes conscient.
La femme semblait faire référence aux manifestations de mai lors du conflit entre Israël et Gaza, puis à l'approbation écrasante de la Chambre des représentants des États-Unis la semaine dernière d'un milliard de dollars pour reconstituer le système anti-missile israélien Iron Dome, qui a été épuisé pendant le conflit.
“Les gens ont parlé très souvent de ce dont ils ont besoin et j'ai l'impression qu'il y a un manque d'écoute”, a déclaré l'étudiant.
Harris a dit qu'elle était contente que l'étudiant se soit exprimé en disant: “votre voix, votre point de vue, votre expérience, votre vérité ne devraient pas être supprimées”.
Le vice-président a ensuite repoussé l'argument de l'étudiant selon lequel exprimer des opinions en Amérique était vain. 
“Le point que vous soulevez au sujet de la politique liée à la politique au Moyen-Orient , à la politique étrangère, nous avons encore des débats sains dans notre pays sur ce qui est la bonne voie, et personne ne devrait être étouffé là-dessus”, a-t-elle déclaré.
Harris a déclaré que l'organisation et le vote étaient des moyens efficaces de faire entendre sa voix, en faisant valoir les points de vue des étudiants dans le cadre d'un débat plus large. « Notre objectif devrait être l'unité, mais pas l'uniformité, n'est-ce pas ? » elle a dit. « L'unité ne devrait jamais se faire au détriment de dire à quelqu'un personnellement que, pour le bien de l'unité, 'Oh, tais-toi à propos de cette chose. Vous supprimez cette chose. Ne nous occupons pas de cette chose. Ce n'est pas l'unité. La véritable unité est que tout le monde dans cette pièce a une voix.
Le Comité national républicain a publié un extrait de l'échange, interrompant l'endroit où Harris a déclaré “votre vérité ne devrait pas être supprimée”.
« Kamala Harris hoche la tête alors qu'un étudiant accuse Israël de 'génocide ethnique' : 'votre vérité ne peut pas être supprimée' », a déclaré le RNC dans un tweet. La Coalition républicaine a qualifié l'échange de « honteux ». Fox News a titré un article : « Kamala Harris applaudit l'étudiant, qui a accusé Israël de 'génocide ethnique', pour avoir dit 'votre vérité'.
Le rabbin David Wolpe du Sinai Temple à Los Angeles, dans le pays d'origine de Harris en Californie, l'a réprimandée sur Twitter.
« Madame la vice-présidente, l'idée qu'Israël a commis un génocide contre les Palestiniens n'est pas la vérité de quelqu'un, c'est le mensonge de quelqu'un, qu'il le sache ou non », a-t-il déclaré. “Et c'est pernicieux, destructeur et ne devrait pas être éludé ou ignoré par les plus hauts fonctionnaires du pays.”
Le bureau de Harris a contacté au moins deux organisations pro-israéliennes à la suite de la controverse.
« L’administration Biden-Harris, ainsi que le président Biden et le vice-président Harris personnellement, ont des dossiers pro-israéliens exemplaires, pour lesquels nous sommes extrêmement reconnaissants », a déclaré Mark Mellman, président de la majorité démocrate pour Israël, dans un communiqué. « Nous avons été ravis que les cadres supérieurs du vice-président Harris nous aient contacté aujourd'hui pour confirmer ce que nous savions déjà : son 'engagement envers la sécurité d'Israël est à toute épreuve' et elle 'est en profond désaccord avec la caractérisation d'Israël par l'étudiant George Mason'.
Le PDG de l'Anti-Defamation League, Jonathan Greenblatt, est intervenu sur Twitter. 
“Je viens de parler avec le bureau de @VP”, a-t-il déclaré. « Heureuse de l'entendre confirmer qu'elle est fière de son soutien à #Israël et qu'elle sait que prétendre qu'elle commet un” génocide ethnique “est manifestement fausse. Je cherche à effacer le dossier afin qu'il n'y ait aucune ambiguïté sur le fait que ce que cet étudiant a dit était haineux / faux.

Garanti sans virus. www.avast.com

en_GBEnglish (UK)