Jérusalem, Paris : un même défi

66 rue Laugier 75017 PARIS


Le Président

Sammy GHOZLAN 

01 77 38 49 44

Jérusalem, Paris : un même défi

      

                                                               

Photo le Figaro, Jérusalem.jpgune-quarantaine-de-personnes-ont-pris-pour-cible-le-commissariat-de-champigny-sur-marne-(val-de-marne)-a-coup-de-tirs-de-mortiers-d-artifice-sans-faire-de-blesses-le-terme-de-quot-mortier-quot-peut-prete.jpg

le Figaro 30/5/21  Photo Emmanuel Dunan/ AFP                                   Le dauphine 23/4/21 Photo [email protected] Capricieux94/AFP
Conflit israélo-palestinien durant les nuits du ramadan                           Les mortietrs d'artifice, de plus en plus utilisés contre les forces de l'ordre

C’est le mois du Ramadan, mois sacré pour tous les musulmans du monde, un jeûne qui dure 30 jours. 

Mais c’est durant cette période que de nombreux musulmans, poussés par Les islamistes, le Hamas, le djihad islamique, se croient obligés de commettre des actes hostiles. Agressions, assassinats, attentats, égorgements, manifestations, émeutes tout en revendiquant la guerre sainte, le djihad contre les non musulmans. Est-ce cela la religion « de paix et d’amour » tant prônée ?  Le Allah wouakbar qui accompagne chacune de ces exactions est bien celui qui fut scandé lors de la manifestation contre l’islamophobie à Paris en novembre 2019, ultime provocation à quelques mètres du Bataclan et de ses 130 morts.


A l'heure précise où nous terminons cet article, les sirènes retentissent sur Jérusalem: six roquettes, sous les cris de joie des palestiniens. 

 

Les maisons du quartier Sheikh Jarrah qui ont déclenché les émeutes

 

Quant aux maisons du quartier de Sheikh Jarrah, dont le nom originel du quartier est Shimon haTsaddik (Simon le Saint) et aux méchants colons qui veulent expulser les pauvres palestiniens, qu’en est-il ? Les descendants des anciens propriétaires juifs de ces maisons ont fait valoir leurs droits devant les tribunaux israéliens. Après une procédure de dix ans, la justice a reconnu les droits des propriétaires juifs israéliens. Une possibilité a été donnée aux palestiniens de rester dans la maison comme « locataires protégés » et à leur décès, les maisons reviendraient à leurs propriétaires d’origine. Mais les palestiniens occupant les lieux sans titre ni droit ont également refusé de payer un loyer. D’où l’expulsion prononcée par la Cour Suprême, qui ne se fera pas aujourd’hui lundi comme prévu, mais a été reportée. Contrairement à ce que prétend le Courrier International dans son article sur « le baril de poudre sur le point d’exploser », le baril de poudre n’explosera pas, surtout si l’UE cesse d’apporter son inconditionnel soutien aux palestiniens qui alimentent le feu

 

 

Attaques tous azimuths

Depuis Gaza partent des ballons incendiaires pour mettre le feu aux plantations de terres voisines israéliennes. Roquettes et missiles ciblent les populations civiles du sud d’Israël. Des milliers de jeunes musulmans, autorisés à prier sur le Mont du Temple qu’ils baptisent esplanade des mosquées, transformés en hordes sauvages provoquent les policiers, les agressent, les caillassent, les menacent, les insultent. Les caméras du monde entier sont présentes, prêtes à filmer des scènes de violences pour jeter l’opprobre sur les forces de l’ordre, policiers, garde-frontières, secouristes qui pourtant sont patients, mesurés et indulgents. Bien qu’en état de légitime défense, parce qu’israéliens, il leur est refusé le droit de se défendre.

L’UE, la Russie, la nouvelle administration américaine de Biden, la diplomatie de la France sont tentées de remettre en cause la souveraineté de l’Etat Juif sur sa capitale Jérusalem réunifiée. Plutôt que de condamner une nouvelle fois, la démocratie israélienne, ne devraient-ils pas s’en prendre aux instigateurs de ces violences : Hamas, Hezbollah, Djihad islamique, Mahmoud Abbas, celui qui verse des salaires aux tueurs de juifs, et autres officines vivant de subventions internationales.

 

Police et violences

Il serait temps que le gouvernement d’Israël affirme sa souveraineté pleine et entière, quoiqu’il en coûte, sur tout son territoire. Il est grand temps que les gouvernants d’Israël prennent des mesures coercitives, administratives, sociales et même politiques contre les citoyens arabes et juifs qui remettent en cause cette souveraineté. Toute faiblesse est de nature à mettre Israël en difficulté face aux organisations internationales 
Ce sont les mêmes qui, au nom de la même idéologie attaquent les forces de l’ordre, dans toute l’Europe et en particulier en France, à Paris, Magnanville, Viry-Châtillon, Rambouillet, Trappes, St Denis, Champigny, à Bagnolet, à Poissy, à Aulnay/Bois, à Poissy, à Epinay/Seine, aux Ulis mais aussi en province à Mulhouse, à Carvin, Lyon, Nice, Avignon. Ce long chapelet n’est pas exhaustif pour recenser les villes où les policiers et les commissariats eux-mêmes sont soumis à des actes de guerre depuis les attaques au mortier jusqu’aux meurtres.  

Dans ces mêmes villes, les scènes de violences et de pillages font désormais partie de la routine. C'est pourquoi je pense que les projecteurs médiatiques ne devraient pas se contenter d'observer ce qui se passe à Jérusalem seulement mais aussi se tourner vers Paris, Bruxelles, et Berlin. 

 

Le droit à la sécurité

Comparer la façon dont les policiers réagissent légitimement dans tous les pays, en abattant, dernier en date, le tueur de la policière à Rambouillet, alors qu’il est exigé des forces de sécurité israéliennes de retenir leurs forces. Israël retient ses forces pour éviter les condamnations internationales que cherchent à provoquer les palestiniens. Deux poids, deux mesures une situation bien connue d’Israël et du peuple juif. Il est temps qu’Israël en revendiquant sa souveraineté démocratique pleine et entière soit traitée au même titre que toutes les démocraties à qui nul ne conteste leur légitimité à défendre le droit primordial de leurs citoyens : le droit à la sécurité




Sammy Ghozlan                                          Evelyne Gougenheim