Le BNVCA conteste et condamne les fausses accusations « d’apartheid et de crimes contre l’humanité » propagées par l’ONG Human Rights Watch, partisane et discriminatoire à l’égard d’Israël

BANDEAU BNVCA.JPG

66 rue Laugier                                                                             27 avril 2021  

Le Président

Sammy Ghozlan

01 77 38 49 44

 

COMMUNIQUE


 

Le BNVCA conteste et condamne les fausses accusations « d'apartheid et de crimes contre l'humanité » propagée par l'ONG Human Rights Watch, partisane et discriminatoire à l’égard d’Israël.  

Cette organisation, qui se tait quand les populations civiles d'Israël sont bombardées, terrorisées, assassinées, perd tout son crédit et corrompt sa réputation. On peut relever que l’auteur du rapport, Omar Shakir, Directeur de Human Rights Watch, a été expulsé d’Israël en novembre 2019 pour ses activités de soutien au boycott d’Israël. Il avait déjà été précédemment expulsé d’autres pays.

 

Cette ONG palestiniste se trompe et trompe l'opinion.

Elle est réputée être désormais dirigée par des activistes de BDS. BDS, qui dans chaque pays où il est actif,  alimente, par sa propagande, l'antisémitisme et pousse aux actes anti-juifs

Si la notion de « crimes contre l’humanité » s’applique à Israël lorsqu'un terroriste est neutralisé, alors Human Rights Watch devrait aussi attaquer la France, dont les policiers ont abattu l’assaillant qui a égorgé une policière devant le commissariat de police de Rambouillet.

 

Le BNVCA en appelle au bon sens et à la prudence des rédactions de tous les médias, presse écrite, parlée et télévisée, et leur demande de ne pas relayer la propagande de cette ONG, au risque d'attiser et d'exacerber cette haine contre l'état juif qui conduit aux meurtres de juifs partout dans le monde. On ne peut combattre l’antisémitisme, si, en même temps, on se fait le porte-voix d’organisations islamistes qui promeuvent la haine d’Israël.