Le BNVCA à l’occasion de Yom HaShoah déclare :il ne suffit pas de commémorer, il faut combattre et éradiquer les antisémitismes.

66 rue Laugier

Le Président

Sammy Ghozlan

01 77 38 49 44

COMMUNIQUE

Le BNVCA à l’occasion de Yom HaShoah déclare :

il ne suffit pas de commémorer, il faut combattre et éradiquer 

les antisémitismes.

 

Le Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme, BNVCA,  à la veille de Yom HaShoah déclare qu’il ne suffit pas de commémorer, mais qu’il faut combattre l’antisémitisme pour éviter de nouvelles victimes. Alors que dans quelques heures vont débuter en France, en Israël et dans le monde les Commémorations de Yom Hashoah , à la mémoire des six millions de victimes juives de la barbarie nazie, au même moment sur les réseaux sociaux, dans les rues de nos villes, dans des vidéos, l’antisémitisme se propage avec une virulence renouvelée.

Qu’on l’appelle antisémitisme, antisionisme ou nouvel antisémitisme, ceux qui répandent la haine des juifs et d’Israël poursuivent le même but que les nazis : dénigrer les juifs, avilir les juifs, éliminer les juifs. Rappelons-nous l’épisode de Miss Provence annonçant que son père était israélien, 40 000 tweets de haine, une honte pour tous.

Le BNVCA dénonce les officiels qui vont commémorer Yom HaShoah mais refusent d’adopter la nouvelle définition de l’antisémitisme qui intègre le rejet d’Israël dans sa définition. Le BNVCA dénonce les officiels qui promeuvent l’idéologie mortifère du palestinisme et son attirail de désinformation permanente, tout en disant lutter contre l’antisémitisme. Le BNVCA dénonce l’inertie des réseaux sociaux qui sont devenus des pourvoyeurs de haine, cette haine qui pousse à l’acte anti juif. Que penseraient les victimes, que pensent les survivants de voir ce déferlement de croix gammées, de « quenelles » salut nazi inversé, d’objets du IIIème Reich vendus à des collectionneurs fascinés par cette période noire, d’insultes immondes, d’images de juif dans le four d’une cuisinière, sans parler des accusations d’Israël assigné au banc des accusés dans un inversement ignoble des valeurs. Où est le « Plus jamais ça » ?

Antisémitisme d’extrême-droite, antisémitisme d’extrême gauche ou islamisme, depuis plus de 20 ans les juifs ne sont pas épargnés. La haine antijuive est véhiculée par les réseaux sociaux et internet. Tout est prétexte à accuser encore les juifs.

Pourtant si l’humanité va pouvoir sortir de cette pandémie mortelle du COVID 19 , c’est bien grâce à l’ingéniosité des patrons de laboratoires d’origine juive

Le BNVCA attend que la loi sur le renforcement des principes républicains produise des effets concrets sur la vigilance des réseaux sociaux à arrêter les incendiaires aux discours avilissants, sur les soi-disant vidéos et spectacles, mises en scène pitoyables qui entre deux rires gras déversent des immondices sur les juifs. 

Le BNVCA attend que l’Education nationale continue l’enseignement de l’éducation civique et  de ses valeurs, telles que le respect et la bienveillance.

Le BNVCA attend que la justice passe et ne soit pas d’un laxisme incompréhensible face à ceux qui détruisent les fondements de la société française

Le BNVCA veut garder l’espoir que, face à un discours mortifère totalitaire, le rôle des acteurs qu’ils soient médiatiques, politiques, pédagogiques saura faire face, dans un effort vital de résistance. 

En Israël, Yom Ha Shoah s’appelle également Yom HaGuevoura, le Jour du Courage, car notamment les combattants du Ghetto de Varsovie, qui savaient quel serait leur sort, n’ont pas fléchi, jusqu’au dernier moment. C’est à leurs côtés que nous devons tenter de nous tenir face à un ennemi toujours le même, toujours renouvelé : la déshumanisation des juifs transformés en cibles.

Ce message est dédié à la mémoire de Ilan Halimi, DJ Sellam, Jonathan Sandler, les enfants Arieh et Gabriel Sandler, Philippe Braham,  Yohan Cohen, Yoav Hattab, François-Michel Saada, Sarah Halimi, Mireille Knoll, tous tués parce que juifs.