Le BNVCA dénonce la mascarade commémorative contre les crimes antisémites organisée par ceux-là mêmes qui incitent la haine d’Israël et des juifs

Le Président                          Sammy Ghozlan
01 77 38 49 44
COMMUNIQUE
Le BNVCA dénonce la mascarade commémorative contre les crimes antisémites organisée par ceux-là mêmes qui incitent la haine d’Israël et des juifs
En ce jour de commémoration de la tuerie de l’école Ozar haTorah, le BNVCA tie,nt à exprimer son profond dégoût par l’opération de récupération et d’instrumentalisation opérée par des associations qui sans relâche appellent à venger les enfants palestiniens. Venger les enfants palestiniens ce sont les mots de celui qui a tué à bout touchant la petite Myriam Monsonego (6 ans) , les petits Arieh (5 ans ) et Gabriel Sandler (4 ans) et leur papa Jonathan Sandler.
Ceux qui appellent dans une propagande mensongère et criminelle à « venger les enfants palestiniens » appellent en même temps à commémorer les victimes tuées » pour venger les enfants palestiniens ». Leur duplicité dans la haine d’Israël n’a pas de limite!
Faire croire que l’on veut lutter contre l’antisémitisme tout en traitant Israël d’Etat criminel et terroriste est le comble du cynisme. Aux associations qui se comportent en pompiers pyromanes, le BNVCA déclare : « Votre manifestation est une insulte faite à la mémoire de ces enfants ». Le BNVCA demande de ne pas participer à ces rassemblements organisés pour mieux vilipender Israël le seul état juif. 
Arieh, Gabriel, Myriam et Jonathan étaient juifs et comme tout juif ils portaient en eux une part de l’âme d’Israël. C’est pour cela qu’ils ont été tués. 
Ceux qui rêvent d’installer un fake état palestinien de la mer au Jourdain ne peuvent commémorer des crimes antisémites puisqu’ils y incitent. Honte à eux. 
Ceux qui disent qu’Israël a volé la terre des palestiniens, ceux qui utilisent un logo qui fait disparaître Israël de la carte, ne peuvent commémorer la mémoire des enfants de Toulouse qui, s’ils avaient vécu, diraient dans quelques jours, comme tous les juifs du monde depuis des millénaires, lors de la soirée de Pessa’h : « L’année prochaine à Jérusalem ». 
Au nom de toutes les victimes du fanatisme  ´´palestiniste´´, en France et en Israël, nous dénonçons cette mascarade perverse qui a pour but de dissimuler leur haine viscérale de l’État juif.