Le BNVCA apporte son soutien au professeur de philosophie de Trappes, contraint de faire ses cours sous protection policière. Le BNVCA indigné s’interroge : faudrail placer tous ceux qui résistent sous protection policière ?

66 rue Laugier 75017                                                     8 février 2021

Le Président

Sammy GHOZLAN 

01 77 38 49 44

 

,

Le BNVCA apporte son soutien au
professeur de philosophie de Trappes, contraint de faire ses cours sous protection
policière. Le BNVCA indigné s’interroge :                 
faudra-t-il placer tous ceux qui
résistent sous protection policière ?

 

,

Le BNVCA a reçu un très grand nombre de protestations émanant de concitoyens
profondément indignés et choqués d’apprendre qu’un professeur de philosophie de
Trappes doive se rendre à ses cours sous protection policière.    
                   

La ville de Trappes, a récemment fait l’objet d’un reportage de la
télévision néerlandaise au cours duquel
ce professeur
de philosophie, M. Didier Lemaire, apporta son témoignage sur la liberté d’expression, suite
au meurtre barbare de Samuel Paty . Il décrivit également la dangerosité de la
ville de Trappes dont sont sortis de nombreux djihadistes, sans manquer 
de faire référence à l’attentat qui avait détruit
par le feu la seule synagogue de la ville. Depuis, les quelque 3000
administrés de confession juive ont quitté Trappes, devenue trop dangereuse
pour eux et leurs enfants.  Le président du BNVCA avait alors officiellement
contredit le  préfet et le procureur en poste à l’époque, qui avaient
minimisé les faits et refusé  de qualifier cet acte d’antisémite, laissant
croire qu’un simple mégot de cigarette était la cause de cet incendie.

Assailli de menaces, le professeur a été placé sous protection policière, en
attendant son éventuelle mutation. Ce sort sera-t-il réservé à tous ceux qui
résistent ? Ou faudra-t-il  reculer comme à Ollioules, ville dont le Maire avait
proposé de donner le nom de Samuel Paty au collège, et où, lors d’une
consultation, 100% des professeurs ont refusé ce choix. On ne peut que le
constater, le déplorer aussi. Mais cela est insuffisant, car on mesure bien que, chaque fois, la liberté d’expression se barricade devant le péril islamiste.
Tous les analystes, tous les observateurs de même que des législateurs nous
rebattent les oreilles en tentant de persuader les français que cela ne relève
que de l’islamisme.    Nous
attendons toujours des musulmans français qu’ils s’élèvent en masse contre
l’islamisme, qu’ils le dénoncent, qu'ils le combattent, qu'ils excluent eux-mêmes
de leurs communautés et de leurs mosquées les extrémistes, les prédicateurs
anti-France et antisémites. Alors, la loi sur le séparatisme prendra tout son
sens 

Aujourd’hui Le BNVCA ne craint pas seulement pour la sécurité et l’avenir
des  juifs de France, mais pour la France tout entière 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *